Prochaine réunion : Assemblée générale amicale DORIS le 25 novembre 2017
Doris I - Le Sous-Marin coulé par l'U9 le 8 mai 1940, le récit de Ton et Hans les deux plongeurs qui ont découvert l'épave et la traduction de Liliane SYLVESTRE
article posté le 08-02-2005 à 18:29:32, par Jean-Luc DELAETER


1. Par Hans et Ton le récit de leur découverte



2. Traduction, Liliane SYLVESTRE



1.





Hello Steve; here comes out story as promised. It all started with a look on the sea chart the North Sea; a green spot on the map told us that there was an obstruction in the seabed, but what? Hans answered with" the weather is fine Saturday; lets have a look!! Having a look at that spot is: departure from the harbour at 3.00AM and sail for 6,5 hours course 298 degrees in on a distance of 33 NM. The weather was fine, so it was an easy ride. When we came at the very spot and the fishfinder showed us a small readout but inevitably an obstruction. Hans stood at the bows of the sloop with the anchor in his hand. With the second run I shouted " let go!!". A couple of minutes later the ship was linked with the wreckage. Hans and I were geared up and Hans went below the surface first, while I waited until I could fix the anchor line on board. Hans always dives with a Drager mask with a underwatercommunicationdevice and when he told me to fix the line, he said he saw a very strange boiler down there. I was very anxious to see it as well, because I've been a stoker/ oilman on a coal fired steam tug for three years. When I descended, I could see Hans swimming at 16 meters above the bottom(!!!) and.... there was no doubt about it: a submarine!!!! Hans and I were very exited about it and there was also a lot of debris around the wreckage. We measured the whole length of the wreck with our safety reel (because of the visibility in the north sea [may till July 1-2meters] both of us use a reel with 70m line from 6mm thickness which is attached to the second anchor line which is secured to the wreckage) and the length was 65meters (submarine Doris was 64m). During a couple of dives, we brought up some interesting bits and pieces. The first thing we found was copper plate with French words upon it. The second (and important) thing was a big, 70 kilo's airvalvehousing. When I removed the chalk layer with a hammer and a chisel, the type of valve and..... the name of the ship, DORIS, showed itself to the world!!!! I was very exited and when I phoned Hans about my latest discovery I nearly shouted the name to him. The next step was to go back to Doris and to try to find more artefacts with the name. The following week the weather was a bit tricky; the wind was South-East 3-4. With the wind in the back it seemed to be an easy trip. Out at sea it was pitch-dark and far away in the South the moon came up. After 18 NM from IJmuiden the sea became very rough; waves from 2,5meters.that's a lot for a boat from 8,5m long. Hans and I decided to steer back home because the sea state could become even rougher when the wind became more and more. It took us 4,5hours to come back to IJmuiden-harbour; we had to take our speed down to 4knots and we had to zig zag, otherwise we had the waves head on. The whole trip back the bows slammed into the waves, so even with raingear we were soaking wet. Every time when we went out, we took a misleading course for prying eyes and we told everyone, that Doris was course268 west and 9 hours sailing, because told the biggest newspaper that we found the sub; we've done that deliberately to claim her by that way. On our diving clubs the wolves were at our neck and they tried to extract every single sound or word what could lead them to "our" wreck!!! We left the harbour every time at night and kept the radar open at the 16-mile range to look if someone followed us. When we saw something, we steered a 270 course, just in case!! After a couple of months we reported the discovery of Doris to the French authorities and colonel Switser invited us for a lunch at the embassy in DenHaag. We gave him a CD-rom with a lot of pictures of the wreckage and we showed him a plaquette, which was home made with our names, the date of discovery, the name of our boat and the words " NOT FORGOTTEN/ THE SHIP COMES HOME”. He was very surprised that we made that gesture. I said to Hans a couple of weeks earlier "what Ballard did with his liquate on the Titanic, is for us possible as well so I've made the item in my own workshop. In December 2003 the French minesweeper "Cassiopee" visited the Doris for 5 days, to investigate if we were right. They have lifted the deck gun and they brought it with them to France to show the experts that it's the right wreckage. There last day they were in Amsterdam and they invited us with our ladies. When we came on board, the whole crew were on the bridge in full official navy dress and there was champagne and toast with caviar!!! They showed us the whole ship and I brought some photos from our boat to show them. They were very surprised that we went out so far with an open sloop! In the lounge the cook waited with a heavy dinner with lobster and all that stuff; oh my God, we had a dinner at home before we left!! When I saw the gun of Doris on the deck, I felt a bit a pity, because we discovered it, but..... It was to heavy for our boat and it took them 15 hours (....) to raise it, because there were so many fishnets and ropes under the sand, which we had not seen. At July 16th we were invited by the French to come on board of the patrol boat "Pluvier" in the Dutch navy base in Den Helder, to go to Doris with all the officials and to join the ceremonies. On board were two English vice-admirals, because during the war Doris was under British command and three English lads had left there live out there. Two Dutch marine officials were present as well, because it al happened on Dutch territory and Mr Jacques Favreul, the son of the commander of Doris was on board as well. When we approached the area we saw the Dutch submarine "Dolfijn" waiting above Doris as a way of paying respect to the victims. It was a very emotional ceremony and very impressive for us. Hans and I dropped also flowers in the water; we also paid respect to them .We were interviewed by the Dutch and French television and some journalists from newspapers were present as well. In November the 27th we were invited by the French navy to come to Brest, one of the French Navy stations. They hold a big ceremony every year for all those French submariners who are killed in action during WW2. At Saturday morning we went to the church in the city; 600 people were there to commemorate all those who were killed. During the service there were some speakers, who thanked us from their heart. Hans and I are not French speaking, but Lilliane Sylvestre, the granddaughter of Maurice Le Sceller, the first engineer, stood aside us with her husband and translated one and other. This lady was searching for years on the Internet if she could find something about the disappearing of her grandfather and for a God-given' reason she found our adventure in a Dutch to French translated newspaper, were we had told our story. Her reaction was very similar to the reaction of Horenburgs sister and we are very pleased to see make her happy with it. (At that time, she was the only known relative from the Doris victims) After the service we walked to the "Narvalmonument” for a big ceremony. After all this all the people who had something to do with Doris, stepped into buses to go to the naval-centre at the other side of town. Hans and I went there by car with Lilliane and her husband. The French television had broadcasted the ceremony from July 16th on the television and 28 families from the victims must have had a shock at that moment and they were there with 130 relatives!!! When we came at the spot were the Doris ceremony was held, the gun was put on a pole, with a tent above it. All the relatives, together with 200 navy officials were there. In the hotel, the evening before, a French lieutenant came to tell us that there was a special ceremony for Doris and she told us that 28 families were present the next day. She also told us that there were two spots marked on the place were the ceremony should be held, were we should stand. She told us that both of us were getting a medal!!!! We were very surprised; that idea didn't come up in our wildest fantasies! On a certain moment a big limousine stopped, and the grand-admiral Battet stepped out of the car, and took place in front of all the other navy officials. Mr Favreul, the son of commander Favreul held a speech, in French of course and after 10minutes Mr Battet did the same. We didn't understand a word, but at that moment eyes do tell more than enough. After his speech we were asked to come in the middle of the square and then he gave us both the "medal pour le merite". They told us, we are the first foreigners who obtained this bronze treasure out of the hands of the French navy! There was also time for the French television and the newspapers to interview us and when this was finished all the people went into the navy restaurant for a snack and a drink together. When we came in the restaurant, we met all the relatives and the navy men were there as well. It was a very emotional meeting, even for us. Old men with tears in their eyes grabbed our hands and thanked us from the bottom of their heart ;old ladies kissed us on the cheek, while the tears were rolling over their cheeks. There were even 6 widows from the victims of Doris. I can tell you people this, I would do it al over again if we find an other, unknown wreck. Hans van Leeuwen and Ton van der Sluijs



2.





Tout a commencé avec un coup d'oeil sur la mer du Nord ; un point vert sur la carte nous indique qu'il y a quelque chose qui fait obstruction dans le fond de la mer, mais quoi ? Hans me répond avec un : "Il fait beau aujourd'hui, allons y jeter un coup d'oeil !". Partir voir ce qu'il y a à cet endroit signifie : départ du port à 3 heures du matin, naviguer pendant 6 heures 30 à une distance 298° et une vitesse de 33 noeuds marins. Le temps était calme, et il était facile de naviguer. Quand nous sommes arrivés sur l'endroit indiqué, le bateau de pêche nous montra un petit, mais inévitable obstacle. Hans resta à bord , l'ancre à la main. Après le deuxième tour de plongée, Je criais "allons-y !". Quelques minutes plus tard, le bateau était amarré à l'épave. Hans et moi étions prêts, et Hans partit en plongée le premier, pendant que j'attendais que l'ancre soit fixée à l'épave. Hans plonge toujours avec un scaphandre équipé d' un système de communication, et lorsqu'il eut fixé l'ancre, il me dit qu'il a vu une étrange chaudière en dessous. J'étais très impatient de la voir moi aussi, car j'ai été mécanicien sur un charbonnier pendant trois ans. Lorsque je descendis, je pus voir Hans nageant à 16 mètres au-dessus de l'épave, et il n'y avait aucun doute, c'était bien un sous-marin. Hans et moi étions très excités et un tas de débris se trouvait aussi tout autour de l'épave. Nous avons mesuré la longueur entière de l'épave à l'aide de notre bande de sécurité (à cause de la (faible) visibilité en mer du nord : de mai à juillet, 1 à 2 mètres), nous utilisons une bobine de cordage de sécurité de 70 mètres de long sur 6 mm d'épaisseur, qui est attachée à la deuxième corde de l'ancre, laquelle est amarée à l'épave, dont la longueur était de 65 mètres (celle de la Doris était de 64 mètres). Lors de plusieurs de nos plongées, nous avons remonté quelques pièces intéressantes. La première que nous ayons trouvée était une assiette en cuivre avec des mots français inscrits dessus. La deuxième, plus importante, était une énorme vanne d'aération de 70 kg. Lorsque j'ai enlevé la couche de calcaire avec un marteau et un burin de la vanne... le nom du navire est apparu au monde : DORIS ! ! ! J'ai été très excité, et lorsque j'ai téléphoné à Hans au sujet de ma dernière découverte je lui ai presque crié son nom. L'étape suivante était de retourner à la Doris et essayer de trouver plus d'objets portant son nom. La semaine suivante, le temps commençait un peu à faire des siennes ; le vent était de Sud Est force 3-4, avec le vent en poupe, cela promettait d'être un voyage facile. Au large, il faisait nuit noire et la lune se levait au loin vers le sud. Après 18 noeuds marins d'IJmuiden, la mer devint agitée, puis arrivèrent des lames de 2,5 mètres de haut. C'en était trop pour un bateau de 8,5 mètres de long. Hans et moi décidâmes de rebrousser chemin, car l'état de la mer pouvait s'aggraver et que le vent soufflait de plus en plus fort. Cela nous a pris 4 heures 1/2 pour rentrer au port d'IJmuiden ; nous avons dû naviguer à 4 noeuds et zigzaguer, ce faute de quoi, nous aurions fini par chavirer. Tout le voyage du retour, les cordages claquaient sur les vagues, et même avec des vêtements de pluie, nous étions trempés. A chaque fois que nous partions en plongée, nous donnions une mauvaise position pour les curieux ou malveillants, et nous disions à tout le monde que la Doris se trouvait à 268° ouest à 9 heures de bateau, parce que les plus gros journeaux avaient annoncé que nous avions retrouvé le sous-marin; nous avons fait cela délibérément (pour que personne ne vienne dessus). Dans nos clubs de plongée, les "loups étaient à l'affût" pour essayer de glaner quelques informations ou mots leur permettant de savoir où se trouvait "notre" épave. Nous quittions le port de nuit à chaque fois, et n'activions le radar que lorsque nous nous trouvions à 16 miles des côtes au cas où quelqu'un nous suivrait. Quand nous voyions quelque chose, nous nous dirigions à 270° (de l'épave), juste au cas où... Après quelques mois, nous avons rapporté la découverte de la Doris aux autorités françaises, et le Colonel Switser nous invita pour un déjeuner à l'ambassade de France à Den Haag. Nous lui avions donné un cd-rom avec plein de photos de l'épave, and nous lui avons montré la plaque (de commémoration), qui avait été faite de nos mains, (sur laquelle figurait) la date de la découverte, le nom de notre navire, la Doris, "Jamais oublié, le navire rentre chez lui". Il fut très surpris de notre geste. Il dit à Hans quelques semaines plus tôt : "ce que Ballard avait fait avec le Titanic, nous pouvons le faire aussi bien", aussi, nous avons fabriqué cette plaque avec nos propres moyens. En décembre 2003, le chasseur de mines Cassiopée a visité l'épave de la Doris pendant 5 jours pour vérifier nos informations. Ils ont remonté le canon et l'ont rapporté avec eux en France pour le montrer aux experts et prouver qu'il s'agissait bien de celui de la Doris. Le dernier jour, nous sommes allés à Amsterdam, et ils nous ont invités avec nos femmes. Nous sommes tous montés à bord du pont d'un navire officiel avec l'équipage, où il y avait du champagne, des toasts et du caviar. Ils nous ont fait visiter le bateau et j'avais pris avec moi quelques photo de notre bateau pour les leur montrer. Ils étaient très surpris de voir que nous étions allés si loin avec un bateau ouvert. Dans le salon, le cuisinier nous attendait avec un copieux dîner avec de la langouste et tout ce qu'il faut. Oh mon Dieu, dire que nous avions dîné avant de partir ! Lorsque j'ai aperçu le canon de la Doris, j'ai eu un peu de peine parce que nous l'avions vu, mais qu'il était trop lourd pour pouvoir le remonter à bord de notre bateau, et que ça leur avait pris 15 heures pour le remonter, et parcequ'il y avait tant de filets de pêche pris dedans et de cordages enterrés sous le sable, que nous ne l'avions pas vu. Le 16 juillet, nous étions invités par les français à venir à bord du patrouilleur "Le Pluvier" par la Base Navale Hollandaise de Den Helder, pour aller jusqu'à (l'épave de) la Doris pour rejoindre la cérémonie officielle. A bord, se trouvaient 2 vice-amiraux anglais car durant la dernière guerre mondiale, la Doris était sous commandement anglais et que trois jeunes anglais y avaient péri. Deux officiers de la marine hollandaise étaient aussi présents, parce que la tragédie s'est passée dans les eaux territoriales hollandaises, et Monsieur Jacques Favreul, le fils du Commandant de la Doris était aussi à bord. Lorsque nous approchâmes aux environs de l'épave, nous vîmes le sous-marin Dolfijn, qui se trouvait juste au-dessus de la Doris, comme pour rendre hommage aux victimes. C'était une cérémonie très émouvante et très impressionnante pour nous. Hans et moi avons jeté quelques fleurs à la mer ; nous avons aussi rendu hommage aux victimes. Nous avons été interviewés par les télévisions française et néerlandaise et quelques journalistes de la presse étaient aussi présents. Le 27 novembre, nous étions invités par la marine nationale à venir à Brest, l'une des bases de la Marine Française. Ils organisent chaque année, une grande cérémonie pour tous les sous-mariniers français tués pendant la guerre. Le samedi matin, nous étions à l'église en ville ; 600 personnes étaient là pour commémorer tous ceux qui furent tués. Pendant le service, quelques personnes nous ont remerciés du fond du coeur. Hans et moi ne parlions pas français, mais Liliane Sylvestre, la petite-fille de Maurice Le Sceller, Premier maître mécanicien est restée avec nous avec son mari, et nous a fait les traductions. Cette femme cherchait depuis des années sur Internet si elle pouvait trouver quelques informations sur la disparition de son grand-père, et par hasard, elle est tombée sur notre aventure sur un article hollandais traduit en français retraçant notre histoire. Sa réaction fut très similaire à la réaction de la soeur de Horenburg, et nous étions très ravie de l'avoir rendue heureuse grace à cela (pendant tout ce temps, elle fut la seule descendante connue (de nous) des victimes de la Doris). Après la messe, nous nous sommes rendus au monument Narval pour une grande cérémonie. Ensuite toutes les personnes concernées par la Doris sont partis en car pour se rendre à l'Arsenal. Hans et moi sommes partis en voiture avec Liliane et son mari. La télévision française avait médiatisé la cérémonie du 16 juillet à la télévision, et 28 des familles des victimes ont dû avoir un choc (être très émues) au moment où elles se trouvaient là avec 130 descendants (des victimes). Quand nous arrivâmes à l'endroit où se tenait la cérémonie de la Doris, le canon était placé sous un stand abrité. Tous les membres des familles des victimes avec 200 officiers de la marine étaient là. A l'hôtel, la veille au soir, un lieutenant français est venu nous voir pour nous dire qu'il y a avait une cérémonie spéciale pour la Doris, and elle nous a dit que 28 familles seraient présentes le jour suivant. Elle nous a dit aussi qu'il y aurait deux endroits qui nous seraient réservés et où nous devrions nous trouver pour la cérémonie. Elle nous dit aussi que nous aurions tous les deux une médaille. Nous étions très surpris ; nous n'aurions jamais imaginé un instant que cela puisse arriver. A un certain moment, une limousine s'arrêta, et l'Amiral Battet en descendit, et prit place face à tous les officiers de la marine. Monsieur Favreul, le fils du Commandant (de la Doris) prononça un discours en français, bien sûr, et 10 minutes après, Monsieur Battet fit de même. Nous n'en avons pas compris un seul mot, mais à cet instant précis, les regards en ont dit plus long que tout le reste. Après ce discours, il nous a demandé d'aller au milieu de la place and ensuite, il nous a remis à tous les deux, la médaille du mérite (de la Marine). Ils nous ont dit que nous étions les deux seuls étrangers à avoir obtenu cette médaille de bronze des mains de la Marine Nationale. C'était aussi le moment pour la télévision française et la presse de nous interviewer, et quand tout cela fut terminé, tout le monde partit au restaurant du Mess pour un cocktail.Quand nous arrivâmes au restaurant, nous rencontrâmes toutes les familles et les marins étaient aussi présents. C'était une rencontre très émouvante, même pour nous. Des personnes âgées, les larmes aux yeux, nous ont pris les mains et remerciés du fond du coeur ; des femmes âgées nous ont embrassées pendant que des larmes coulaient sur nos joues. Il y avait même 6 veuves des victimes de la Doris. Je peux dire à tous que je referais cela si je devais trouver à nouveau une épave. Hans Van Leeuwen et Ton Van der Sluijs



N'hésitez pas à commenter cet article, laissez vos remarques, vos questions.





 


 
2 réactions
1. Le 07-09-2005 à 23:26:48 par JLD :
Bonjour,

pourriez vous nous laisser votre {{adresse email}} ou {{téléphone fixe}} pour que nous puissions vous contacter en retour.

Apparemment la cérémonie dont vous évoquez la tenue c'est déroulée le {{27 novembre 2004}}

Nous attendons votre réponse.

Cordialement

Jean-Luc DELAETER

jld@sous-mama.org

2. Le 06-09-2005 à 19:36:42 par Courageaux anonyme :
bonsoir,

je viens de prendre à l'instant connaissance de l'article concernant ce sous marin. Le mécanicien Marcel Lustig était l'oncle de mon épouse.

Un des trois frères de Marcel, Eric, fêtera ses 90 ans le 21 octobre 2005. Il a servit sur le sous marin La Diane.

Est-il possible de prendre part à la cérémonie de commémoration prévue au mois de novembre ?
Si oui, j'aimerais bien avoir de plus ample renseignement. Est-ce possible ?
 

Ajouter un commentaire
Je désire ajouter un nouveau commentaire pour cet article
Rechercher sur le site
Le plan du site
Section Doris de l'AGASM - Les Sous-Mariniers de Flandres-Artois
Les Officiers Mariniers des Hauts de France
Association "Un Sous-Marin à Dunkerque"
Nos reportages textes et photos - Nos Bases Picasa
Recherches - Témoignages
Bibliothèque - Maquettes - Vidéothèque - Presse - Sur la toile
Actualité - Cérémonies - Commémorations
AGASM et ses sections
AMMAC
La Marine Nationale
ACORAM - Section de Dunkerque
En souvenir de.
Offres d'Emploi
Derniers commentaires
22-11 : Emeraude - Un Sous-marin Nucléaire d'Attaque - Le... - j-marc Pelabon
19-11 : 2017 Samedi 18 novembre Assemblée Générale de l'AMMAC... - Patrick
15-11 : 2017 Samedi 11 novembre Dunkerque cérémonie du 99ème... - www.jepi-dunkerque.f
12-11 : 2017 Samedi 11 novembre Dunkerque cérémonie du 99ème... - patrick
12-11 : 2017 Samedi 11 novembre Dunkerque cérémonie du 99ème... - Jose Vasseur
Les billets les plus populaires
1. Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie de l'escadre de l'atlantique et basé à la BSM de Kéroman de Lorient
2. La base abri de Dunkerque de 1941 à 1958
3. Emeraude - Un Sous-marin Nucléaire d'Attaque - Le mercredi 30 mars 1994 un accident mortel sur le SNA
4. Les arpets, 50 ans après - Une école de la Marine Nationale.
5. Doris I - Tragédie du Sous-Marin disparu