Prochaine réunion de l'Amicale "Doris" de l'AGASM des Sous-Mariniers de Flandres-Artois Picardie le samedi 17 juin 2017 à 10 h 30 Hôtel / Restaurant Les Gens de Mer
Comment ça marche un sous-marin ?
article posté le 04-08-2004 à 18:22:17, par Jean-Luc DELAETER

La navigation sous-marine a tenté les hommes depuis des siècles. Les progrès de la technique l'ont rendu possible. Elle obéit à deux grands principes: les principes de Pascal et d'Archimède, qui s'appliquent à tous les corps immergés.


Le principe de Pascal:


plus on descend, plus la pression augmente. Sur la surface d'un corps immergé, s'exerce une pression, en bars, perpendiculaire à cette surface, dirigée vers l'intérieur et égale au nombre de dizaines de mètres d'immersion. Ainsi, à l'immer­sion de 100 mètres s'exerce une pression de 10 bars (appliquée sur l cm2). Toute augmentation de 10 mètres de profondeur s'accompagne d'une augmentation de pression de 1 bar. Appliqué au sous-marin, ce principe permet de comprendre que les forces croissantes qui s'exercent sur la coque, tendent à l'écraser. La coque épaisse abrite le personnel et le matériel. Elle est construite en acier très résistant. Son épaisseur est calculée en fonction de l'immer­sion maximum prévue par le programme militaire du bâtiment. Approximativement, pour une augmentation de 100 mètres de la profondeur d'immersion maximale, il faudrait augmenter l'épaisseur de la coque épaisse de 10 millimètres afin de compenser les efforts dûs à l'accroissement de la pression. Par contre certains éléments extérieurs du sous-marin, tels les ballasts ou les soutes, sont maintenus pleins de liquide, en communication avec la mer, lorsque le sous-marin est en plongée. Les pressions des deux côtés des parois s'équilibrent. Il n'est pas nécessaire dans ce cas de les construire en tôles épaisses, donc lourdes. Leur épaisseur varie de 5 à 10 millimètres.


Le principe d'Archimède:


Tout corps plongé dans un liquide reçoit de la part de ce liquide une poussée verticale dirigée de bas en haut, égale au poids du volume de liquide déplacé. Le sous-marin dans l'eau de mer est soumis à deux forces: - son poids, appliqué au centre de gravité (G), force verticale dirigée de haut en bas. Elle tend à faire descendre le sous-marin. - la poussée d'Archimède, appliquée au centre du volume immergé (C), force verticale dirigée vers le haut. Elle tend à faire remonter le sous-marin. L'équilibre est obtenu quand le poids de l'eau déplacé, c'est à dire la poussée, correspond au poids du sous-marin. Considérons le sous-marin en surface. Les bal­lasts sont totalement vides d'eau de mer. La partie supérieure émerge. Le sous-marin flotte, il est donc en équilibre. Le poids du volume d'eau déplacé est bien égal au poids du sous-marin. Ouvrons la purge des bal­lasts, ils se remplissent d'eau. Le sous-marin s'alourdit et s'enfonce. Le poids du volume d'eau supplémentaire déplacé, qui correspond à une augmentation de même valeur que la pous­sée, est égal au poids de l'eau contenue dans les ballasts. Un nouvel équi­libre statique est donc obtenu. A chaque volume d'eau ajoutée, le sous­-marin s'enfonce un peu plus et trouve un nouvel équilibre. En immersion maximale les ballasts sont totale­ment pleins d'eau de mer. Vidons les ballasts en remplaçant l'eau de mer par de l'air contenu dans des bouteilles d'air situées à l'intérieur du sous­marin. Le poids du sous-marin diminue du poids du volume d'eau évacué des ballasts: la poussée, que l'on appelle aussi déplacement en plongée, est supérieure au poids du bâtiment. Le sous-marin est "léger", il remonte jusqu'à ce que, la valeur de la poussée diminuant avec la hauteur de l'immersion, on obtient un nouvel équilibre poids/poussée.


On dit que le sous-marin flotte toujours entre deux eaux


Si le poids du sous-marin devenait plus élevé que la poussée qu'il reçoit, il coulerait au fond de la mer et ne pourrait plus remonter (c'est pour­quoi dès la conception du sous-marin il faut étudier avec précision son poids pour définir le volume des ballasts et éviter ainsi que le SIM ne sombre). Or, le volume des ballasts, arrêté à la construction, est constant. Il faut donc régler le poids du sous-marin lui même en fonction des ballasts pour que l'on puisse toujours obtenir l'égalité Poids = Poussée. Cette opération appelée "la pesée", est réalisée lors des premiers essais à la mer. Mais il ne suffit pas que le sous-marin soit en équilibre statique. Il faut aussi qu'il puisse navi­guer droit et qu'il puisse rester dans cette position. Trois données entrent alors en jeu: L'assiette d'un sous-marin définit son inclinaison longitudinale. C'est l'angle alpha que fait le fond du sous-marin avec l'horizontale. Elle dépend de la position du centre de gravité, c'est à dire de la répartition des poids dans la coque, par rapport au centre de pous­sée. Si le sous­-marin est trop chargé à l'arrière, il s'incline, l'angle alpha est positif: l'assiette est positive. Inversement s'il est trop chargé à l'avant, l'assiette est négative. Si alpha est nul, le bâtiment est horizontal. Il est en assiette zéro. La gîte d'un sous-marin définit son inclinaison / transversale. C'est l'angle B que fait l'axe longi­tudinal du plan transversal, avec la verticale. Si le sous-marin est trop chargé à babord, il s'incline vers la gauche: on dit qu'il y a de la gîte sur babord. De même s'il est trop chargé à tribord, il y a de la gîte sur tribord. La stabilité d'un sous-marin est la qualité qu'il possède de revenir en assiette zéro (position l'horizontale) et sans gîte, lorsqu'il est écarté de cette position pour une raison quelconque: houle, mouvement de poids à l'intérieur du SM, etc... Pour une meilleure stabilité, il faut abais­ser au maximum le centre de gravité et pour cela, il importe de placer les installa­tions les plus lourdes dans les fonds du sous-marin. Ainsi, lorsqu'il navigue, le sous-marin subit constamment des variations de poids, dues notam­ment à la consommations de vivres, de carburants (variations en -), ou à des entrées accidentelles d'eau de mer ( variations en +). Il subit aussi des variations de centre de gravité, par exemple si tout l'équipage se déplace en même temps vers l'avant du bateau pour une séance de cinéma! On doit donc en permanence effectuer la "pesée du sous-marin" c'est à dire l'ensemble des opérations qui concourent à rétablir l'égalité Poids = Poussée, pour faire naviguer le bâtiment en plongée en assiette zéro et sans gîte. Pour cela il dispose de caisses à eau spécifiques (régleurs, compensateur, caisses d'assiette).


Mise en évidence du "Principe de Pascal"


- Le tube en U avec la membrane élastique est placé dans l'air atmosphérique : la membrane n'est pas tendue. - Nous plaçons l'extrémité avec membrane dans un liquide (ou dans un gaz dont on peut faire varier le volume à l'aide d'un piston) : la membrane élastique est tendue comme indiqué sur la figure ; ceci traduit des efforts du fluide sur la membrane. - La forme de la membrane est indépendante de l'orientation de la membrane autour d'un même point, les efforts sur la membrane sont perpendiculaires à celle-ci. Si le fluide est un liquide, la déformation de la membrane augmente de manière significative avec la profondeur.


N'hésitez pas à répondre à cet article, laissez vos remarques, vos questions, vos anecdotes....!!!!


 
36 réactions
1. Le 05-10-2015 à 18:44:42 par Marie :
en fait je fais un TPE sur les sous-marin et plus précisément sur la pression , la structure...etc. et je voudrais savoir ce que sont des "étambots".
S'il vous plait répondez moi vite!!!!
2. Le 09-09-2011 à 17:52:49 par Poitevin :
je voudrait savoir comment un sous marin fais pour avancer
(le mécanisme utiliser)
puis les détails de c est mécanisme
3. Le 04-02-2010 à 15:57:12 par GUERCIN Pierre :
Bonjour, élève GUERCIN MPSI à l'école des pupilles de l'air.
Je souhaitais vous poser une ou deux questions concernant les sous-marin dans deux cadres, celui d'un TIPE (énoncé dans les autres articles) portant sur les ballasts des sous-marin, notamment sur le U31. Deuxièmement par rapport à mon futur engagement d'officier dans la marine.

Dans le cadre strict du TIPE, je souhaite savoir si il existe une relation mathématique entre le volume des ballasts et l'inclinaison du sous-marin, c'est à dire qu'à un volume de ballast donné, un certain angle de plongée existe, quelle est la relation entre ce volume et cet angle, en supposant, car faute d'informations, je travaille sur maquette, que l'eau est à salinité nulle (densité 1.0).
les ballasts latérales doivent être remplies d'une manière à équilibrer le sous marin, pour celà, le remplissage se fait de façon proportionnée, si ce n'est pas le cas, quelle est l'incidence sur l'assiette.
Ceci peut-il s'assimiler à une balance de centre de gravité celui du sous marin et de deux masses ponctuelles à deux endroits différents?
pour évaluer de façon non mathématique mais physique le volume des ballasts, n'est-il pas intéressant de se rapporter à l'expérience d'archimède avec la couronne?

Pour d'autres questions et interrogations non seulement dans le cadre du TIPE mais aussi dans le cadre de l'engagement, plus par rapport aux questions posées ci-précédemment, je serai ravi si vous me contactiez à l'adresse suivante:

pierre.guercin@gmail.com

Merci d'avance.
4. Le 31-12-2009 à 14:26:11 par GUITARD Robert :
Passionné de technique et de mécanique générale, j'ai découvert sur votre site un cours complet sur le fonctionnement des sous marins conventionnel d’un très bon niveau et très passionnant. J’ai ainsi appris qu’un sous marin n’était pas simplement une boite étanche avec des ballasts et un moteur. Les notions d’équilibre de la densité, l’importance des variations de pression en fonction de la salinité et/ou de la température et tant d’autre chose m’ont passionné. Ces pages étaient à l’adresse suivante :
http://www.sous-mama.org/sous-marins_dits_classiques/marine_nationale_-_groupe_des_ecoles_de_la_mediterranee._ecole_de_navigation_sous-marine._cours_de_connaissances_generales_du_sous-marin_deuxieme_edition_-_1957/les_cours_de_connaissances_generales_du_sous-marin_apres_la_seconde_guerrre_mondiale_-_conference_vii_article328.html

Hélas je n’ai pas pu encore tout apprendre et ces pages qui étaient issues des cours dispensés pour les officiers mariniers ont disparu. Peut-on les retrouver ?

Merci et bon vent à votre site
AET et retraité de le gendarmerie
5. Le 31-10-2008 à 12:06:37 par UBOOT 93 :
Bonjour,

Très intéressant votre article; par contre je souhaiterai savoir à quoi servaient les graphismes reproduits sur les lentilles des périscopes, notamment des U-Boots? Servaient-ils à évaluer la taille et la longueur d'un bâtiment ennemi? Ou bien permettaient-ils d'obtenir une visée des torpilles sur la cible. Cela fait pas mal de temps que je recherche cette information pour l'un des membres de notre Club (l' A.F.H.) Les Amis de la figurine et de l'Histoire.

Par avance, merci pour votre réponse
6. Le 01-03-2008 à 22:10:00 par Lilyne the best :
Bonjour a tous, je m'appelle Widelyne et cet article m'a énormément aidé parce que je veux devenir architecte naval.
Malheureusement, malgré toute mes recherches, je n'arrive pas à trouver des informations sur les études à effectuer
après le bac pour devenir architecte navale pour les sous-marins ainsi que les écoles qui délivrent les diplômes nécessaire.Si quelqu'un peut m'apporter son aide, j'en serais ravie.
Vous pourrez me contacter par mon a-mail:petionw.girl@hotmail.fr

Merci d'avance.



7. Le 10-02-2008 à 15:35:56 par bey slimane :
je suis un etudiant a lécole nationnalle polytechnique a alger, departemment hydraulique.
je m'interesse beaucoups a ce domaine " les sous-marins". vraiment j'ai trouvé une bonne explication sur la navigation de ces immenses engins. mais si vous pouvez enrichir cette explication par des animmations, ca serais de plus efficacité. et jaimerais bien si vous pouvez me envoiyer des articles sur "la mecanique des fluides appliquée sur les sous-marins. amail: nabeysli@hayoo.fr
et merci

8. Le 07-02-2008 à 21:48:08 par Amandine :
Bonjour, je suis étudiante en math sup et je réalise un sujet sur la stabilité du sous-marin dans le cadre du TIPE. J'aurais besoin de connaître le modèle d'asservissement associé à la stabilité en profondeur du sous-marin. Merci d'avance...
9. Le 06-10-2007 à 11:46:34 par Courageaux anonyme :
bonjour je suis éléve en classe pré paratoire et je prépare mon tipe à propos de l'hélice marine. je veux savoir s'il y a une relation entre l'hélice marine et la stabilité du navire mon e_mail est { {{ichraf_best@yahoo.fr}} }
merci d'avance

10. Le 02-10-2007 à 11:38:58 par leVZFlotte :
Bonjour, je suis en prépa sciences et je prépare mon épreuve de TIPE, qui a pour sujet: "l'étude de l'hélice dans la propulsion du sous marin". Je souhaiterais donc savoir si vous connaissez des sites étudiant ce problème, ou des contacts que je pourrais avoir pour modéliser une hélice. Merci d'avance
11. Le 02-03-2007 à 07:21:29 par José VASSEUR :
La réponse à votre question se trouve sur le site . Comment y parvenir . Sur la page d'accueil en haut à gauche :Cliquez sur: Plan du Site puis sur: 02 Section Doris, déroulez jusque: Les sous-marins classiques,déroulez : Marine nationale, Groupe des écoles ....... Il y a là une série de conférences sur le fonctionnement et la marche du sous-marin et notamment la conférence VII qui traite de la pesée du sous-marin.
Nous pensons avoir satisfait votre curiosité.Bon courage pour le travail.
12. Le 01-03-2007 à 12:18:25 par Nico :
bonjour, je suis en première et je fais un tpe sur le déplacement des sous marins. j'aimerais savoir comment le sous marin effectue son mouvement horizontal, vue que pour le ss marin immergé la poussée d'archiméde est constante et le rapport poid=poussé est appliqué que lorsque le sous marin est a la surface. Le ss marin ne peut donc pas etre en équilibre a une certaine profondeur: c'est impossible. Mais alors comment navigue t-il?
Il fait varier son poids en vidant puis remplissant les ballast tour a tour pour ainsi rester a une certaine profondeur et effectuer son mouvement horizontal?
j'aimerais des explications et des précision
merci d'avance

13. Le 27-02-2007 à 10:38:03 par Courageaux anonyme :
Bonjour, je suis en math sup et je fais un TIPE (Travail d'Intiative Pédagogique Encadré).
Le sujet est le contrôle de l'assiette des navires. J'aurai voulu savoir s'il y avait des barres anti-roulis sur un SM ou si on se contentait juste des ballasts pour l'équilibrage. Si oui, pourriez-vous m'expliquer leur fonctionnement.
Merci d'avance.
14. Le 10-02-2007 à 09:55:07 par Thierry BRUNEAU :
La question est trop vaste, pourriez-vous affiner le besoin ?
15. Le 10-02-2007 à 09:51:30 par Thierry BRUNEAU :
Plusieurs réponses possibles:
Le kiosque, la cathédrale,la passerelle (ou baignore) mais la plus employé en construction navale est "le massif".
Cet appendice à pour principal usage de permettre la veille lorsque le sous-marin est en surface et d'éviter ainsi que les hommes de quart aient les pieds dans l'eau !! Même si lorsque la mer est mauvaise cela arrive..
Il a également un rôle au niveau de la stabilité du bâtiment et abrite un certain nombre d'engins périscopiques (appelés aériens) tels que les périscopes et autres antennes et tube d'air frais.
16. Le 10-02-2007 à 09:41:31 par Thierry BRUNEAU :
Vaste débat, voici mon avis sur le sujet.

Mis à part les consomations de vivres, de gazole (compensée par de l'eau de mer de densité supérieure,) tir de munitions et autres.. le poids du sou-marin qu'il soit en suface ou en plongée ne varie pas.
Seule la poussée varie sous l'effet des variations de volume ou de densité.

Les caisses de règlages (règleurs pour les intimes) permettent de compenser les variations de poids (consomations diverses) et de poussée (contraction de la coque épaisse sous l'effet de la pression d'immersion, variation de densité de l'eau de mer, hissage d'un aérien etc..).

Pour avoir été instructeur à l'ENSM et avoir préparé/donné quelques cours sur le sujet (quelques noeuds au cerveau aussi..) j'avais pris pour habitude de poser la question suivante à la fin du cours:
"A votre avis, lors de la prise de plongée, que fait-on varier, le poids ou la poussée?"

A suivre..

Mes plus chaleureuses amitiés aux anciens.
@+ Thierry




17. Le 21-01-2007 à 15:04:41 par Courageaux anonyme :
Bonjour,
Les Américains emploient le terme COB, chief of the boat, pour désigner le sous-marinier le plus ancien ou le plus sérieux, faisant un peu fonction de surveillant général auprès de ses collègues. Avons-nous un équivalent en français ?
Merci pour votre aide
Flo
18. Le 07-12-2006 à 17:15:12 par Courageaux anonyme :
Bonjour,
je suis élève de bts et j'aimerais plus d'informations concernant la climatisation et le froid à l'interieur des sous-marins merci d'avance.

oskian.cheguian@laposte.net
19. Le 10-10-2006 à 14:43:58 par nicolas :
bonjour je m'appel Nicolas je fait un tpe sur les sous marins j'aimerais avoir quelques renseignements consernant la propulsion.
merci d'avance



20. Le 09-10-2006 à 13:20:49 par flo :
Comment appelle-t-on la "tourelle" dans la partie supérieure d'un sous-marin ?
21. Le 03-10-2006 à 15:51:23 par riri :
j'aimerais avoir plus d'infos
anri46@hotmail.com

22. Le 15-09-2006 à 22:50:38 par Courageaux anonyme :
çà marche aussi... à l'amitié
23. Le 19-04-2006 à 19:37:19 par Courageaux anonyme :
merci beaucoup tu nous sauve la vie
24. Le 11-02-2006 à 13:31:50 par Henri :
En ce qui concerne les calculs de propulsion, il y a un site français trés bien fait :
http://www.miniflotte.net/
25. Le 11-02-2006 à 13:29:10 par Henri :
Par principe, la poussée d'Archimède est égale au poids du volume de liquide déplacé; elle s'oppose au poids. En clair, cela signifie qu'elle (la poussée d'Archimède) est verticale, dirigée vers le haut. Elle ne dépend pas de la surface du liquide.
26. Le 30-07-2005 à 01:02:28 par misteri :
Bonjour,
j'ai juste besoin d'un tout petit renseignement que je n'arrive pas à trouver nulle part :
la poussée d'Archimède se fait-elle toujours à la verticale, ou selon la perpendiculaire de l'eau (cas des fleuves), où l'eau ne forme plus de plan horizontal ?

J'ai besoin de savoir ca, car si on néglige le courant(frottements)(ou en le compensant par la force du moteur), un bateau ou un sous marin en surface ne devrait pas bouger ?

Merci
27. Le 27-07-2005 à 04:32:34 par Francois :
Je conseil cette page.
C'est en anglais, mais les calculs necessaires y sont :
voir {Calculs}.
28. Le 14-05-2005 à 15:55:32 par LARBRE Jean-François :
A l'exemple des bathyscaphes (la partie habitable), la forme idéale pour résister aux efforts de pression est sans nul doute la SPHERE. Théoriquement, la résultante des forces est nulle. Théoriquement, car pour des petits diamètres, une sphère parfaite est admissible ; en revanche à fort diamètre (10 par ex.), la partie inférieure de la forme est soumise à des effots plus importants que la partie supérieure. Il en résulte une forme de coque ovoïde - résultante des forces nulle -.
Pas très hydrodynamique comme forme me direz-vous. Qu'à cela ne tienne, reprennons le bathyscaphe. Concevez une structure légère intégrant votre "coque épaisse ovoïde" et minimisant les "singularités de forme" pour atteindre une forme hydrodynamique la plus parfaite possible et le tour est joué.

Woala.

Cordialement.

Jean-François (sous-marinier -Le Terrible, Le Redoutable, Le Triomphant)


29. Le 23-03-2005 à 09:20:12 par blump :
JE suis lycéen en 1ére Scientifique en Travaux Pratiques Encadrés en SI, (Science de l'Ingénieur)
et j'ai cherché en vain comment fonctionne la propulsion d'un sous-marin.Je voudrais savoir s'il existe
des calculs possibles et réalisables à mon niveau pour trouver la vitesse du sous-marin à partir du diamètre de l'hélice, de la vitesse de rotation du moteur et du nombre de pale de l'hélice. Merci de me répondre assez vite si possible.
30. Le 16-01-2005 à 23:49:16 par guillaume :
bonjour !
je suis etudiant en licence de physique et je m'intéresse au dimensionnement de la coque d'un s.m.
pourriez vous me donner quelques explications ?

y a t'il une geometrie particulierement efficace pour resister au effort de pression?doit on en exclure certaine pour

et voilà.

merci d'avance.

31. Le 28-11-2004 à 19:39:51 par Jean René Lélias :
Le document de la DCN contient des erreurs qui ont déjà été signalées par plusieurs personnes, il est dommage que plusieurs sites et la Cité de la Mer à Cherbourg aient copiées ces anomalies. Dans le paragraphe relatant la prise de plongée il est dit "en immersion maximale les ballasts sont totalement pleins d'eau" pourquoi en immession maximale. Cela peut laisser entendre pour un non initié que lorsque l'on n'est pas encore en immersion maximale ils ne sont pas pleins d'eau d'ou la question: comment fait-on pour descendre. Dans la pratique le sous marin est balancé pour parfaire le plein en eau des ballasts à une immersion relativement faible, les purges des ballasts sont alors fermées et il reste encore plusieurs centaines de mètres pour ralier l'immersion maximale. Il serait judicieux de tourner cette phrase autrement en disant que le sous-marin s'enfonce sous l'effet de son poids lorsque les purges des ballasts sont ouvertes, l'air fuse par ces purges, le sous-marin s'enfonce, l'eau remplacant l'air dans les ballasts. Grace à une opération que l'on appelle la pesée le poids du sous-marin en surface est connu, le volume donc le poids en eau des ballasts également, et lorsque les ballasts sont pleins, l'équilibre poids = poussée est acquis, il ne reste qu'à effectuer que quelques rectifications mineures si on n'a pas fait d'erreur de pesée. Je vais vous envoyer un second message pour la seconde erreur qui à mon avis est beaucoup plus grave, celle ci n'étant surtout qu'un problème de formulation.

Comme je ne parviens pas à envoyer un second message je continue. Dans la partie retour en surface en supposant qu'il n'y a pas de voie d'eau (cas le plus fréquent, nous ne serions pas là pour en parler), Le sous-marin est léger, il remonte .... en fait puisqu'il était bien pesé, à partir du moment que l'on chasse aux ballasts, ceux ci ne sont pas des régleurs, le sous-marin trouvera son nouvel équilibre poids = poussée lorsqu'il aura crevé la surface et le fait de diminuer le volume immergé donc son poids fera qu'il s'équilibrera à une certaine valeur de tirant d'eau, on pourrait rester comme cela mais par mesure de sécurité on voudra à revenir à une valeur de flottabilité rassurante en prolongant la chasse hp, ou par chasse bp pour les SNLE. Donc lorsque le mouvement ascensionnel est commencé il ne se termine que lorsque l'on crève la surface en supposant qu'il n'y ait pas de voie d'eau, d'effet contraire voulu par une augmentation de vitesse et effet contraire des barres(possible dans le cas d'une chasse de faible volume (ce serait idiot). Ne pas oublier également qu'au fur et à mesure de la remontée la pression dans les ballasts diminue donc le volume d'air augmente, le poids du sous-marin ne peut que diminuer naturellement. Très cordialement et le bonjour aux copains
32. Le 04-11-2004 à 07:33:09 par José VASSEUR :
A partir de l'exemple qui vous est donné , vous placez la membrane le plus haut possible du couvercle étanche du récipient contenant le fluide. Vous rempluissez le tube au maximum. Vous descendez ce tube et l'eau en sort , ce qui signifie qu'une pression s'exerce sur la membrane. La démonstartion du principe de Pascal nécessite toujours un travail en hauteur. Bon courage.
33. Le 04-11-2004 à 07:23:58 par JBB :
Et n’oublions pas que le seul fait de hisser un périscope ou un aérien quelconque allège le bateau vu que son déplacement augmente et si le sous-marin s’allège, il faut donc l’allourdir. Amis S.M rappelez-vous : « Immersion 15 mètres……hissez le périscope……. Admettre 200litres… »
34. Le 03-11-2004 à 17:33:18 par Canary :
Bonjour,

Tout d'abord, bravo pour les explication sur les sous-marins, c'est clair, net et précis, en plus, avec des mots simples pour que tout le monde puisse comprendre, ça c'est cool.

J'aurais à mon tour une question à vous poser :
- Pour un TP je dois mettre en évidence le principe de Pascal que vous exposez plus haut, que me conseilleriez vous de faire?
=> j'avais pensé à un baromètre que je mettrais sous l'eau, puis je mesurerai les variations de préssions à différentes hauteurs MAIS je n'en possède pas d'étanche!

Pourriez vous donc m'aiguiller vers une idée simple à mettre en oeuvre pour que je puisse mettre en évidence ce principe ?
Merci d'avance pour vos suggestions.
Canary
---
mon site perso:
http://ailestouloises.modelisme.com
---
35. Le 27-10-2004 à 16:24:52 par JLD :
Bonjour Bruno,

nous sommes bien entendu à ta disposition pour te donner les éléments qui te permettrons de réaliser ce travail, tu peux nous contacter à l’adresse suivante : jld@sous-mama.org

à bientôt

Cordialement

Jean-Luc

36. Le 27-10-2004 à 15:35:53 par bruno :
bonjour,
je suis un élève de 3eme et l'on me demande de faire un travail sur : deplacement d'un sous marin à la verticale : fonctionnement.
Voila si vous pouriez m' apporter de l'aide assez rapidement ce serait super sympa! voila mon adresse e-mail: Vallier06@hotmail.com

merci beaucoup et au revoir!

 

Ajouter un commentaire
Je désire ajouter un nouveau commentaire pour cet article

 

 

 
 
Rechercher sur le site


Le plan du site
Section Doris de l'AGASM - Les Sous-Mariniers de Flandres-Artois
Les Officiers Mariniers de Nord-Artois
Association "Un Sous-Marin à Dunkerque"
Nos reportages textes et photos - Nos Bases Picasa
Recherches - Témoignages
Bibliothèque - Maquettes - Vidéothèque - Presse - Sur la toile
Actualité - Cérémonies - Commémorations
AGASM et ses sections
AMMAC
La Marine Nationale
ACORAM - Section de Dunkerque
En souvenir de.
Offres d'Emploi



Derniers commentaires
22-04 : 2017 Dunkerque le... - SEYS Bruno
17-04 : 2017 Dunkerque le... - Yves-Marie
16-04 : 2017 Dunkerque le... - André PÉCHARD
08-04 : 2017 Dunkerque le... - Jose Vasseur
08-04 : 2017 Dunkerque le... - jose Vasseur
08-04 : 2017 Dunkerque le... - tisserand
04-04 : Shortfin Barracuda... - Jacquemart
03-04 : Shortfin Barracuda... - Jacquemart
02-04 : Foudroyant - Un... - DERE François
28-03 : Artémis un... - soulat

 

Les billets les plus populaires
1. Sous-Marin Requin S 634 - Un Sous-Marin faisant partie de l'escadre de l'atlantique et basé à la BSM de Kéroman de Lorient
2. La base abri de Dunkerque de 1941 à 1958
3. Les arpets, 50 ans après - Une école de la Marine Nationale.
4. Emeraude - Un Sous-marin Nucléaire d'Attaque - Le mercredi 30 mars 1994 un accident mortel sur le SNA
5. Doris I - Tragédie du Sous-Marin disparu
6. Comment ça marche un sous-marin ?
7. Aréthuse III - Des Sous-Marins de chasse de type classique
8. SNLE - Les Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins en photos
9. Casabianca - Charles BERNARD, Sous-Marinier pendant la guerre 39-45, il nous retrace son embarquement sur ce Sous-Marin ...!
10. SNA - Les Sous-Marins Nucléaires d'Attaque en photos


 

 

 

 

   
Mentions légales | Plan du site | Contacts